Aller au contenu

Actualités

Une EVI à François de Sales

Publié le

Une équipe de professeures motivées se lance dans un projet innovant sous le parrainage d'une entrepreneuse bruxelloise

Jeudi dernier, la classe de 6TQ du Lycée François de Sales a accueilli Sophie Trenteseaux, une entrepreneuse bruxelloise qui a accepté de parrainer l’entreprise virtuelle mise sur pied par les professeures de l’option Technicien de bureau. Une entreprise virtuelle est un dispositif pédagogique qui permet à une classe de fonctionner comme une véritable entreprise (produits, catalogue, stocks, budgets, publicité, vente...) mais de façon virtuelle, “pour du faux”. Pour que cela fonctionne, une entrprise marraine est nécessaire, entreprise qui va prêter son catalogue ou sa gamme pour fournir du vrai contenu à l’entreprise scolaire.

L’entreprise marraine de l’EVI de nos 6TQ est donc la société Makesenz – https://fr.make-senz.be/ – et c’est pour une première prise de contact que sa fondatrice a rencontré nos élèves durant deux heures la semaine dernière. Sophie Trenteseaux a ainsi pu expliquer son parcours: formation en sciences économiques, plus de dix ans dans une multinationale du cosmétique, puis le virage il y a huit ans pour se lancer dans sa propre aventure. Pourquoi?

Essentiellement pour une question de sens: tout en voulant rester dans le domaine de la cosmétique car “cela l’éclate”, comme elle dit, la dimension santé et écologie lui manque. L’industrie et le chiffre, c’est bien; la qualité et l’authenticité, c’est mieux. Elle décide donc de tenter une alternative à la cosmétique conventionnelle, avec trois orientations claires: des produits bio, des produits vegan si possible, et une orientation vers la “slow cosmétique”.

A force de travail et de passion, le succès est au rendez-vous. L’entreprise a beaucoup évolué depuis 2011, mais l’entrepreneuse est claire: elle veut garder le contrôle. Autre préoccupation: la production de déchets, que Sophie Trenteseaux veut réduire.

La rencontre fut riche. Ainsi, Juliana nous dit: “Après l’avoir écoutée, cela m’a donné envie de créer ma propre marque de cosmétique”. Siham, elle, confie: “J’ai trouvé ça chouette que la fondatrice soit venue en personne nous expliquer son entreprise et elle nous a donné la chance de poser nos questions sans gêne. Après l’avoir écoutée, cela m’a donné envie de m’investir plus dans ce projet”. Un autre élan général: tester les produits eux-mêmes! Ce qui sera sans doute possible lors d’une visite prévue prochainement sur place, chez Makesenz, à Bruxelles. La suite au prochain épisode!

Mille mercis à Mme Trenteseaux pour sa présence au Lycée!

J.-B. Pierret